• dakommunication

Préface

Updated: Feb 10

Bonjour! Je m’appelle Daniel Kozak et aujourd’hui c’est mon anniversaire! Alors, bonne anniversaire à moi!( et si tu peux lire la suite, une fois par an j’écris un post de plus de 3 lignes, donc c’est important pour moi.)


Souvent je parle avec mes potes d’âge, en se moquant ou au sérieux, et il reste quand même un sujet qui me préoccupe mais qui m’inquiète pas. Mais comme c’est pas ça le sujet je ne vais pas avancer avec les arguments. Que je veux dire c’est que j’en suis arrivé au point au quel si c’est pas mon âge c’est au moins mon expérience que je peux l’affirmer.


Qu’est ce que j’ai appris alors dans mes 46 ans? Quelles que choses de banale. Par exemple d’appeler par son prénom ton interlocuteur. Même si je ne suis pas du tout bon aux prénoms et j’oublie la seconde même que la personne se présente, je m’améliore :) Quoi d’autre ? Dis bonjour , souhaites un bonne anniversaire quand c’est le cas, dis merci.


Merci encore pour tous vos voeux. Je les ai tous lus et j'aurais aimé pouvoir répondre à chacun de façon originale et distincte. Merci, parce que vous me donnez la possibilité de parler / écrire sur autre chose qui me concerne - oui, je suis également intéressé par d'autres choses, pas seulement l'âge, l'expérience et les conférences. Nous sommes en juin, le mois où la communauté LGBTQ + célèbre sa fierté.


Selon le dictionnaire explicatif, la fierté est le sentiment de dignité et d'honneur ou le sentiment de contentement provoqué par un succès, un succès, une victoire, mais aussi, avec une connotation négative, une attitude de supériorité injustifiée sur les autres, l'arrogance. (Bine sûr que c’est pas au son sens négatif qu’on parle ici. )


Mais pourquoi faut-il célébrer la fierté d'être? Tout simplement parce que nous vivons souvent des vies, ou des morceaux de vie, dans lesquels on nous dit implicitement ou explicitement que nous devons avoir honte ou avoir peur d'être qui nous sommes vraiment. Assumer l'identité sexuelle et de genre est souvent un processus. Un combat. Avec nous meme. Et avec les autres. Et après le combat, si vous avez gagné, vous célébrez la victoire. Dans ce cas signifie vivre comme vous êtes. Sans honte. Sans crainte. Ce que je vous souhaite à tous.


Cette année, un certain virus a bouleversé tous nos plans, vous le saviez déjà. Et il nous a bloqué dans la maison pendant un certain temps. Possibilité de créativité pour certains, de méditation pour d'autres et de faire du ménage au fond pour la plupart. J'ai pensé aux gens avec qui j'ai travaillé ces dernières années et qui se sont vus du jour au lendemain sans expositions, premières et performances, sans contact avec le public consommateur d'art. Je ne pense pas que Zoom soit une solution, nous ne pouvons pas et ne devons pas tout basculer de manière agoraphobique vers le virtuel. Mais je pense que nous devons tirer parti de la technologie dont nous disposons et repenser notre relation avec l'art et la culture en ces temps troublés, jusqu'à ce que le traitement et le vaccin existent et nous permettent de profiter de la vie comme avant. Sans crainte. Et sans honte.


Aujourd'hui je lance pour moi, mais aussi pour vous, un projet d'art queer international. C'est un projet de communication auquel j’ai pensé de façon modulaire et organique - il se développera et se développera au fur et à mesure que les ressources dont il a besoin seront trouvées. Dans un premier temps, il se nourrit de mon temps et de mes compétences (en 46 ans, j'ai non seulement appris à dire bonjour et à dire merci) et il n'existera que virtuellement, en ligne. Pour l'installation vidéo et l'exposition que je veux en juin 2021, cela prendra un peu plus de temps. Il en va de même pour d'éventuelles composantes éditoriales et de recherche.


WE’RE HERE


Nous sommes ici. Une déclaration simple mais forte, avec des racines profondes dans l'activisme gay et trans, acquiert aujourd'hui une nuance de solidarité, d'inclusion, car nous sommes ici aujourd'hui ensemble. Nous devons apprendre à nous connaître et à vivre ensemble. Tout ce que nous avons à faire est de prouver à quel point nous sommes multiculturels et tolérants.


Je lance un appel ouvert sans date limite (pour l'instant) pour les artistes et leurs oeuvres. Je veux que autant de pays, de minorités et de techniques artistiques soient représentés que le message se propage (bien qu'il soit facile pour moi de supposer que nous verrons plus d'œuvres dans le domaine des arts visuels que dans les arts du spectacle). Les œuvres sélectionnées seront hébergées en ligne puis physiquement présentées à travers une installation vidéo, pour laquelle je trouverai une solution technique, financière et logistique, afin que le public de Timisoara, future capitale européenne de la culture, puisse faire connaissance avec les artistes à travers œuvres choisies. Et si l'avenir soit généreux avec nous , je n'exclus pas l'idée d'une exposition, comme je l'ai dit, dans un an, également à Timisoara.


Comment pouvez vous m'aider?

- Recommandez-moi un artiste ou une œuvre (surtout pensez à me donner ses coordonnées.)

- Diffuser l'information via vos réseaux sociaux et en ligne (bientôt, je publierai un mini-kit pour le social media sur ce sujet).

- Exprimez votre solidarité avec LGBTQ + tous les jours, tous les jours, pas seulement en juin et envoyez-moi une photo ou un texte sur ce sujet - Je vais inclure un collage dans ce projet.

- Faites un don de 5 lei - vous pouvez donner n'importe quel montant, une fois ou de façon récurrente, pour le projet ou pour toute noble cause que vous voulez.

- Gardez le sourire! Sans crainte. Sans honte!



2 views0 comments